vendredi 30 novembre 2012

Hommage à José Bartel


Chanteur, musicien, arrangeur, voix française de Guy dans Les Parapluies de Cherbourg et du Roi Louie dans Le Livre de la Jungle, José Bartel nous a quittés le 26 janvier 2010 dans la plus grande discrétion. Grâce à sa seconde épouse, Norma, que j'ai pu contacter grâce à un appel lancé ici il y a quelques mois, j’ai tenté de reconstituer le puzzle de la vie de ce surdoué de la musique.

José Bartel naît à Lille le 24 février 1932, le même jour que Michel Legrand. Son père, José Bandera, fils du général Quentin Bandera, ancien esclave noir héros de la guerre d’indépendance cubaine, est  sax alto, flûtiste et bandéoniste dans un orchestre cubain et rencontre sa mère, strasbourgeoise, lors d’un passage de son orchestre à Paris, à une époque où les mariages inter-ethniques sont quasi inexistants et plutôt mal vus… Les parents de José se séparent assez rapidement, et l’enfance de José sera marquée par les tournées de son père, et de nombreux changements d’adresse. Un nomadisme que José poursuivra pendant toute sa vie.

Enfant, José apprend à chanter, jouer de la batterie, faire des claquettes, et connaît tous les succès américains de l’époque qu’il interprète dans un parfait anglais, car très doué pour les langues. Après le débarquement en Provence, il devient la mascotte d’un big band de dockers noir américains provenant de la 6th Port Division basée à Marseille. En 1946, alors qu'il n'a que quatorze ans, son père l’emmène avec lui à Paris, et José passe une audition devant Aimé Barelli et son orchestre. Quelques pas de claquettes, un "Hey Ba-Ba-Re-Bop" et un "Caledonia" plus tard, et l'affaire est dans le sac: Aimé Barelli l’engage aussitôt comme chanteur et percussionniste. Il interprète au sein de l’orchestre de grands "standards" américains, encore inconnus en France, et tourne à Rome dans le film Les Joyeux Pèlerins de Fred Pasquali. En avril 1947, le Dizzy Gillespie Big Band se produit aux Ambassadeurs, club dans lequel joue aussi l'orchestre Barelli. Plusieurs musiciens du big band cessent le travail en raison d'un différend avec Gillespie. Ce dernier engage alors Aimé Barelli et plusieurs de ses musiciens pour remplacer les absents... dont José qui a l'immense honneur de remplacer le grand Kenny Hagood.


video
José Bartel chante "La valse des lilas" (1966)

José prend des cours pour entrer au conservatoire, mais étant tout le temps en tournée avec l’orchestre d’Aimé Barelli, il échoue au concours d’entrée. C'est donc en autodidacte qu'il apprend le métier d'arrangeur, quand Aimé Barelli lui propose en 1954 de créer son propre orchestre pour le Casino de Monte-Carlo.

José Bartel fréquente les clubs de be-bop à Saint-Germain-des-Prés et fait partie de la bande de Juliette Greco, puis de celle de "Chez Castel", où il devient ami de Jean-Pierre Cassel et Sacha Distel. Le début des années 60 marque un grand « boum » de l’industrie du disque avec l’arrivée des yéyés. José Bartel devient arrangeur, chef d’orchestre (il dirige les premiers disques de Régine, Nicole Croisille, Petula Clark), travaille pour Polydor, Pathé Marconi, et produit France Gall.


Nino Castelnuovo, José Bartel et Jacques DemyEnregistrement des "Parapluies de Cherbourg"



En 1963, Michel Legrand sollicite José pour être la voix de Guy (Nino Castelnuovo) dans Les Parapluies de Cherbourg, film entièrement chanté. Pour José, la partition est difficile : en effet, Michel Legrand, excellent compositeur, aime écrire des partitions qu’il peut chanter lui, c’est-à-dire un ton plus haut que la voix de José. En outre, José vient d'être victime d'un accident de voiture qui aurait pu lui coûter la vie, et est obligé d'enregistrer assis, la jambe plâtrée. Il surmonte ces difficultés et en fait une interprétation magnifique, son duo avec Danielle Licari fonctionne à merveille. Suite à cet enregistrement, José demande à Michel Legrand l'autorisation d’enregistrer un single avec le thème musical des Parapluies de Cherbourg, permission qui lui est refusée, Michel Legrand souhaitant que sa musique reste très « pure » et n’appartienne qu’au film. Quelques semaines après,  Nana Mouskouri enregistre les chansons des Parapluies en solo sur un disque qui fait un carton. José enregistre finalement un disque mais plus tard, et gardera une certaine amertume de ce "tube" qu’il n’aura jamais eu, et qui aurait pu donner un nouveau tournant à sa carrière.

video
Danielle Licari et José Bartel doublent Catherine Deneuve et Nino Castelnuovo dans Les Parapluies de Cherbourg (1964) de Jacques Demy


En 1967, il poursuit sa collaboration avec Michel Legrand en faisant la voix parlée et chantée de l’acteur Grover Dale (Bill le forain) dans Les Demoiselles de Rochefort. Dans ce même film, en tendant bien l'oreille, on l'entend également sur quelques mots de Guillaume Lancien dans la chanson "De Rochefort à Hambourg" (erreur de partitions? Indisponibilité de Jean Stout au moment de l'enregistrement?). Michel Legrand l’engage aussi pour chanter en soliste dans L’homme à la Buick (1968) de Gilles Grangier  et dans Le Sauvage de Jean-Paul Rappeneau (1975). Les deux hommes collaborent ensemble dans les années 80 sur un projet de musique de film autour de Noureev. José enregistre en studio pendant vingt quatre heures, mais le film ne sortira jamais. Michel Legrand prend une place particulière dans la carrière de José, et devient même avec Michel Colombier l’un des deux « parrains » de son fils David lorsque celui-ci passe un PhD en composition aux Etats-Unis avant de devenir un brillant batteur et compositeur de musique contemporaine.

Ces expériences de chanteur dans des musiques de films permettent à José de participer à des doublages, un milieu qu’il trouve malgré tout assez fermé et dans lequel il peine à se faire une place. En 1968, il prête sa voix parlée et chantée au Roi Louie dans Le Livre de la Jungle. Son sens du scat et du swing chanté s’adaptent remarquablement au travail de Louis Prima, créateur du rôle. Il garde un bon souvenir de ce doublage, même si l’enregistrement lui avait demandé beaucoup d’efforts vocaux. La même année, il est la voix chantée d’Anthony Newley (personnage de Matthew Mug, doublé par Dominique Paturel pour les dialogues) dans L’Extravagant Docteur Doolittle. Cinq superbes chansons, adaptées par Eddy Marnay, qui pour l'occasion cumule les fonctions d'adaptateur des chansons et de directeur musical du doublage. Il double également Don Francks dans le film musical La Vallée du Bonheur (1968). Plus tard, en 1974, José double l’acteur Cleavon Little (Bart) dans Le shérif est en prison, comédie de Mel Brooks.

video
José Bartel sur le doublage de L'Extravagant Docteur Dolittle (sous la direction du parolier et directeur musical Eddy Marnay et du directeur artistique Michel Gast)

José Bartel compose des chansons (pour Serge Reggiani : « Le premier amour du monde ») et des musiques de films (L'italien des roses (1972) et Spermula (1976) de Charles Matton), réalise des jingles pour la télévision et des arrangements pour des séries télévisées (Arsène Lupin). En 1967, le grand producteur Norbert Saada lui confie la direction artistique d'un nouveau label, "La Compagnie". José Bartel crée un an plus tard son propre label, "Grenadine Music", où il produit Nemo, groupe de musique avant-gardiste entre le jazz fusion, le funk et le rock progressif. François Bréant, organiste du groupe, commente sur son site « José Bartel était plus chanteur et musicien que producteur. C’est aussi pour ça qu’on l’aimait ». Nemo ne sort que deux disques mais José est  heureux de collaborer à ces disques, dont les interprètes formeront plus tard l’équipe de musiciens de Bernard Lavilliers.
José crée également un groupe "bidon" anglais dont il devient le chanteur soliste, Jupiter Sunset, et qui contre toute attente connaît un vrai succès en 1970 avec le titre "Back in the sun". 

video
José Bartel et les Jupiter Sunset chantent "A friend" (1971)

José met sa carrière de chanteur solo entre parenthèses, enregistre assez peu de disques. Il est assez fier de son dernier, Dis pourquoi, mais celui-ci reste relativement inaperçu. Ses seules occasions de chanter sur scène sont quand il dirige son orchestre dans des tournées où il fait danser dans les casinos (La Baule, Cannes, tournées en Allemagne), mais la mode des orchestres passe assez vite, déjà en rivalité avec les orchestres philippins et italiens qui forment d’excellents combos.

A. Germain et J. Bartel
En décembre 1972, dans le cadre de « l’année Molière » organisée à la Comédie-Française, Michel Colombier est sollicité par Jean-Louis Barrault pour effectuer des arrangements un peu "pop" de la musique de Lully pour sa nouvelle mise en scène du  Bourgeois Gentilhomme avec Jacques Charon dans le rôle-titre.  Le compositeur s’entoure de José Bartel, Anne Germain, Géraldine Gogly (en alternance avec Alice Herald), Dominique Poulain, Nicole Darde (en alternance avec Colette Comoy) pour interpréter sur scène les séquences musicales. Le spectacle sera joué en alternance jusqu'à la mort de Jacques Charon en octobre 1975. Tous les chanteurs garderont un excellent souvenir et une certaine fierté de ce travail pour le plus prestigieux des théâtres français. 

Quelques années après cette expérience particulièrement enrichissante, on propose à José la direction artistique du Sporting Monte-Carlo. Il poursuit ce travail dans l’événementiel comme organisateur de spectacles, notamment pour les événements internes de la firme IBM à l'international. Dans ce cadre, il organise des concerts de Shirley Bassey aux Bahamas (accompagnée par l'orchestre Count Basie), Charles Aznavour aux Bermudes, ou encore Julia Migenes à Palm Beach (accompagnée par l'Orchestre symphonique de Floride). Plus tard, on lui confie la direction artistique du Jazz Club Lionel Hampton (club de jazz de l’hôtel Méridien Etoile, à Paris). Un jour, José Bartel a l’idée de monter un festival de blues, part aux Etats-Unis s’inspirer de ce qui est organisé là-bas. On lui propose de monter son festival à Perpignan. Il commence la préparation de ce festival alors qu’il travaille encore pour le Méridien. Après des voyages incessants entre Paris et le Sud, il décide de quitter Paris et de s’installer à Perpignan. Le festival ne se monte finalement pas et il n’arrive pas à le vendre à une autre ville. Trois ans de travail perdus. Il vit pendant six ans à Toulouse, puis à la Rochelle. Ayant perdu la joie de vivre suite à ces échecs successifs, il n’a plus de projets, à part la rédaction d’une autobiographie qui ne trouve pas d’éditeur…


video
José Bartel (Roi Louie), Pascal Bressy (Mowglie) et Jean Stout (Baloo) chantent 
"Etre un homme comme vous" dans Le Livre de la Jungle (1968)

 José Bartel s’est éteint il y a presque trois ans. On retiendra de lui ses superbes enregistrements pour Aimé Barelli ou les musiques de films de Michel Legrand, mais aussi une carrière assez éclectique d’un artiste "nomade" qui ne tenait pas longtemps à la même place tant sur le plan "géographique" que sur le plan professionnel. Peut-être, comme me l'a suggéré sa veuve, le destin d’un artiste très doué qui connut le succès trop jeune, et manqua d’ambition et d’une véritable construction de carrière par la suite… Un artiste que j'aurais certainement eu énormément de plaisir à rencontrer, et que nous regrettons tous.

(Remerciements à Michel Moreau, Norma et David Bartel)


Suivez toute l'actualité de "Dans l'ombre des studios" en cliquant sur "j'aime" sur la page Facebook.

samedi 10 novembre 2012

Soirée Dans l'ombre des studios : Michel Barouille en concert

Je vous l'avais annoncé à la rentrée, j'organiserai tous les deux mois une soirée à L'Auguste Théâtre avec des amis comédiens et chanteurs qui ont tous fait leurs armes dans le doublage. L'occasion de découvrir des artistes de talent dans un spectacle (monologue, concert, carte blanche) inédit.

La première soirée "Dans l'ombre des studios" sera consacrée à Michel Barouille.
Interprète original de nombreux génériques de dessins animés dans les années 80 et 90, Michel chantera lors de cette soirée exceptionnelle tous ses plus grands succès (La Bataille des Planètes, Bioman, Judo Boy, Le Tour du Monde en 80 jours, etc.), mais aussi quelques surprises !

Auteur-compositeur-interprète, Michel Barouille a mis depuis la fin des années 60 sa superbe voix de baryton et ses talents de trompettiste au service de Charles Trénet, Gilbert Bécaud, Charles Aznavour, Annie Cordy, Joe Dassin, Sylvie Vartan, etc. Des milliers d’heures de choeurs en studio, émissions de variétés, concerts à Paris, en tournée et, en soliste: génériques de dessins animés, doublages de films, publicités, etc.

Mardi 11 décembre 2012 à 21h
à L'Auguste Théâtre, 6 impasse Lamier, 75011 Paris (métro Philippe-Auguste)

Durée : 1h10
Tarif plein : 16 €
Tarif réduit : 12 € (- de 18 ans, étudiants, habitants du XIème, demandeurs d'emploi, intermittents du spectacle... et spectateurs déguisés en personnages de dessins animés)


Réservations au 01.48.78.06.68 ou augustetheatre@gmail.com 


Suivez toute l'actualité de "Dans l'ombre des studios" en cliquant sur "j'aime" sur la page Facebook.