samedi 25 août 2012

Georges et Michel Costa : Musique Magique (Partie 4/4)


Pour lire la précédente partie de l'interview (partie 3/4), veuillez cliquer ici


Dans l’ombre des studios : En 1996, dans Le Bossu de Notre-Dame, vous avez dirigé Bernard Alane, qui est merveilleux en Clopin.

Georges Costa : Oui, il est très bon. Ca fait longtemps que je n’ai pas travaillé avec lui.

DLODS : La vidéo des « Cloches de Notre-Dame » en VF a été vue des centaines de milliers de fois sur Youtube, et notamment par des américains très admiratifs de son interprétation. Par contre, plusieurs pensent que la dernière note de Clopin, en voix de tête, a été prélevée sur la Version Originale chantée par Paul Kandel….

Georges Costa : Non, la dernière note c’est moi qui l’ai faite. Bernard Alane n’y arrivait pas donc je l’ai faite en voix de tête car c’est un ré très aigu. C’était en français, donc ils ne pouvaient pas prendre la version originale. Et j’ai fait pareil dans Shrek 3. A un moment le Prince Charmant s’étrangle et fait une note aigue. Lionel Tua (voix française du Prince, NDLR) n’y arrivait pas donc je l’ai fait et j’ai raccordé avec ma voix.

video
Reprise des "Cloches de Notre-Dame" du film Le Bossu de Notre-Dame (1996), interprétée par Bernard Alane (Clopin) et les choeurs de Georges Costa

DLODS : Dans les chœurs de vos doublages des années 90, il y avait encore une « vraie » basse, souvent profonde, à savoir Jean Stout.

Georges Costa : Jean Stout à une époque était quasiment incontournable. Quand il y avait une basse c’était lui.

Michel Costa : Il y avait aussi Jean-Claude Briodin, mais qui n’est pas une basse, c’est un baryton qui peut prendre une voix de basse, mais pas timbrée.

Georges Costa : Jean a perdu un peu des graves avec l’âge, mais c’est normal. Par contre j’ai vu Jean-Claude, on a fait une séance avec lui il y a deux mois pour Pierre Perret, et il a toujours le même timbre.

Michel Costa : Oui mais il n’a jamais eu vraiment de « timbre ». Il a un timbre assez neutre.

DLODS : Pourquoi n’y a-t-il plus de basses dans les chœurs d’aujourd’hui ? Est-ce un changement de mode ?

Georges Costa : Oui, c’est signe des temps. Ils écrivent maintenant les voix plutôt dans l’aigu.

Michel Costa : Justement c’était un marqueur des années 60/70. Alors maintenant quand vous entendez ça c’est pour faire rétro !

DLODS : Une autre mode dans les Disney des années 90 était de faire doubler les chansons du générique de fin, généralement une adaptation « pop » de l’une des chansons du film interprétée par une star… Enregistriez-vous ces chansons en studio de doublage ou en studio disques?

Michel Costa : On l’enregistre en doublage. Sauf Karine, qu’on avait enregistrée ici, dans notre studio, pour Aladdin.

Georges Costa : De toute façon un studio c’est un studio, c’est surtout le mixage qui change, mais à partir du moment où la prise de son est correcte, ce qui compte est la chanson et la manière de chanter des gens.

DLODS : Pourquoi ces chansons pop des génériques de fin ne sont plus doublées ?

Georges Costa : Avant on les enregistrait, mais maintenant on nous demande de ne plus les doubler, peut-être pour des raisons de budget. D’ailleurs j’ai trouvé un peu dommage qu’on n’ait pas doublé la chanson de fin d’Il était une fois. Elle fait partie de l’histoire…

Michel Costa : Peu avant Aladdin, ils avaient fait un essai peu concluant sur un film et n’étaient pas contents du résultat, les Américains ne reconnaissaient pas leur chanson. Du coup ils ont décidé d’arrêter de faire le doublage des chansons de fin, et Fred a réussi à les refaire doubler à partir d’Aladdin, parce qu’on leur a prouvé qu’on pouvait chanter des choses avec des gens un peu plus modernes. Et donc du coup c’est reparti, avec Karine Costa et Daniel Levi, et puis après il y a eu une période où on les doublait à nouveau (Pocahontas, Le Bossu de Notre-Dame, etc.). Depuis ils sont revenus sur cette décision, et les laissent en VO.

DLODS : Pourquoi avoir repris Karine pour le générique de fin d’Aladdin, alors qu’elle faisait déjà la voix chantée de Jasmine dans le film ?

Michel Costa : Ca c’est une jolie histoire. Karine avait été choisie pour faire la voix chantée de Jasmine avec Paolo Domingo qui faisait Aladdin. Elle avait enregistré « Ce rêve bleu », et le générique final (la même chanson, en version pop, NDLR) ne devait pas être doublé pour les raisons qu’on vient de vous expliquer. Et Fred Taïeb qui était en charge du film à l’époque me dit « J’aimerais bien que tu fasses essayer Karine sur le générique final parce que je suis sûr qu’elle peut le faire. Essaie de chanter la partition de Peabo Bryson et fais un duo avec elle ». J’ai rappelé à Fred que Karine n’avait que dix-sept ans mais il a insisté. Et donc on l’a enregistré en anglais parce qu’on n’avait même pas l’adaptation de la chanson. Fred l’a envoyée aux Américains, qui ont adoré et nous ont proposé d’en faire l’adaptation. Du coup comme c’était une chanson d’amour, je pouvais difficilement la chanter avec ma fille, donc on a cherché quelqu’un pour chanter le duo avec Karine, et on a eu beaucoup de mal car la chanson est très dure, c’est très haut, très bien chanté. On était en train d’essayer un chanteur qui ne plaisait pas à Fred et le preneur de son nous dit « J’ai vu un mec dans une comédie musicale de Catherine Lara qui chante vachement bien, peut-être que lui pourra le faire ». Et on a donc appelé Daniel Levi qui a passé un essai au studio, ça a plu tout de suite et il a enregistré la chanson. C’était dans un feeling moderne un peu pop.

Georges Costa : Daniel l’a fait et ça a très bien marché, un très gros succès.

video
Karine Costa et Daniel Levi invités par Michel Drucker à chanter "Ce rêve bleu", générique de fin du film Aladdin (1993)

DLODS : Ont-ils touché des droits dessus ?

Michel Costa : Oui c’était un contrat disque, avec des royautés. Ils ont fait des télés, les 20h30 des prime-time dans tous les sens, ça a très bien marché à l’époque.

Georges Costa : D’ailleurs on n’a pas refait de succès depuis. Il y a eu Le Roi Lion qui a été pas mal avec Debbie Davis, et ensuite l’habitude s’est perdue.

DLODS : Dans les « stars talents » que vous avez fait travailler dans des doublages, Annie Cordy était géniale dans Pocahontas

Michel Costa : Oui Annie était très bien.

Georges Costa : Et même Alain Chabat dans Shrek il est parfait.

Michel Costa : Par chanson il y a peut-être une ou deux personnes qui sont capables de la chanter mais les gens n’en sont pas toujours conscients.

Georges Costa : Je me souviens de la chanson d’Il était une fois qui s’appelle « Si près ». Pascal Lafarge l’a très bien chantée, on ne pouvait pas coller n’importe qui là-dessus.

DLODS : Comment se passent les droits pour les choristes et chanteurs dans des doublages?

Michel Costa : Il n’y en a pas (rires). Enfin si, il y en a mais ils sont inclus. Ils rajoutent 29% de plus sur le cachet pour un film, mais il n’y a pas de royautés en fonction du nombre de places, de DVD, etc.

DLODS : Je suis content que vous ayez pris Lucie Dolène dans James et la Pêche géante, où elle double la vieille luciole.

Georges Costa : Oui on l’avait prise et on a été ravi de son travail.

DLODS : Pour Le Livre de la Jungle 2 (2003), aviez-vous fait passer des essais à Jean Stout, voix chantée de Baloo dans le premier ?

Georges Costa : Non parce qu’il y avait le doublage des dialogues et des chansons. Et Jean avait perdu un peu de sa voix grave et ne pouvait pas doubler les dialogues, ça ne raccordait pas vraiment. Ils ont décidé de faire des essais, et j’ai pris Richard Darbois qui l’a super bien fait en plus. Par rapport à la VO c’est exactement pareil.

Michel Costa : Il faut dire que quand j’ai réécouté la VO, Jean n’était pas le meilleur choix au départ car il a une voix beaucoup plus grave. Tant mieux que ça se soit passé comme ça parce qu’il a quand même marqué Baloo d’une manière encore plus importante que dans la VO, mais si on écoute la VO…

Georges Costa : … Richard Darbois est plus proche de la VO et il swingue plus.

Michel Costa : Mais Jean a tellement marqué Baloo que c’est impossible de penser à Baloo sans lui.

DLODS : Actuellement vous travaillez pour Phineas et Ferb, une série d’animation Disney, dont on a parlé précédemment. Les conditions sont-elles les mêmes que pour un long-métrage ?

Georges Costa : Pour les séries, les budgets sont moins importants. Il faut donc que les chanteurs soient polyvalents.

DLODS : J’imagine que parmi les « stars » qui vous sont proposées par le marketing, vous avez eu de bonnes surprises… Jean Piat (Scar dans Le Roi Lion et Frollo dans Le Bossu de Notre-Dame) en faisait-il partie ?

Georges Costa : Très bien ! Il est extraordinaire. Il chante et joue très bien, il n’y a rien à dire. Quand ce sont des gens comme ça, chapeau !

Michel Costa : Il y a des bons dans chaque catégorie.

DLODS : Il me semble que pour Le Roi Lion, Bernard Tiphaine avait doublé au départ le rôle de Scar. Aviez-vous enregistré « Soyez prêtes » avec lui ?

Georges Costa : Oui on l’avait enregistrée, et au dernier moment il a été remplacé. Jean Piat ça s’est très bien passé. Dans le dernier Disney que j’ai doublé, La Princesse et la Grenouille, il y avait Anthony Kavanagh qui est très bon. Il a super bien chanté.

DLODS : A part Disney, pour quels « majors » avez-vous travaillé ?

Georges Costa : Pour la Fox, Dreamworks, et d’autres. Hors Disney, on a fait les films des Chipmunks. Pour la Fox, on a doublé Fantastic Mr. Fox, où j’ai fait chanter Olivier.

DLODS : Vous avez aussi doublé Poucelina

Georges Costa : Oui, ils voulaient quelque chose dans le style Disney et m’avaient demandé. J’ai demandé une autorisation à Fred Taïeb qui me l’a accordée, donc on l’a doublé avec Lori Rault qui supervise les Warner, et c’est elle qui a chanté le rôle principal.

DLODS : C’est étonnant de passer de superviseur à chanteuse pour un doublage. En a-t-elle fait d’autres ?

Georges Costa : Je ne sais pas…

DLODS : On retrouve aussi en voix chantée de la mère de Poucelina la chanteuse Svetlana que vous aviez accompagnée à l’Eurovision.

Georges Costa : Oui, elle faisait un chant assez classique d’ailleurs.

DLODS : Vous avez également dirigé les chansons des deux derniers Shrek.

Georges Costa : Ils m’ont appelé pour le 3 et le 4. Et en septembre on a fait des DVD bonus avec des chansons de Noël. L’une est chantée par Alain Chabat qui est super sympa et l’a très bien chantée. Il n’y avait pas grand-chose à faire, mais en une heure ça a été fait. Et le reste c’étaient des chansons de Noël avec plein de personnages. Par contre pour le 2ème DVD bonus il ne pouvait pas car il était sur un film, donc on l’a remplacé par son double officiel, Jean-Christophe Clément.

Michel Costa : Alain Chabat chante pas mal, on avait fait ses chœurs pour son film La Personne aux deux personnes, sur ce chanteur des années 80…

DLODS : Quel est votre plus beau souvenir en doublage ?

Georges Costa : Les débuts avec Fred Taïeb. Cette époque où l’on faisait tous ces redoublages de vieux cartoons, « Ce rêve un peu fou » dans Coquin de Printemps, deux ou trois films qu’on a doublé à Audiophase. L’Apprentie Sorcière et Peter et Elliott le Dragon, c’était très sympa à faire. J’aime bien les anciens Disney, il y avait un peu de magie. Le Roi Lion, c’était un bon souvenir, Hercule et Il était une fois aussi. Ca dépend beaucoup des chansons. Quand les chansons sont jolies ce sont de bons souvenirs.

DLODS : Et vous, Michel ?

Michel Costa : Il y avait la « Chanson de la pluie » dans Bambi qui était superbe. Et Peter Pan, avec « Tu t’envoles », où il y avait des ralentis très durs à mettre en place… Pour être ensemble ce n’était pas facile. Poucelina, c’était drôle, quand on faisait les trois crapauds avec l’accent mexicain. Aladdin aussi c’était super. A Sonodi, il y avait du monde ! Après Le Roi Lion on n’a plus eu de « tubes » qui sont passés au-delà du film, à part Tarzan

video
"La Chanson de la pluie" du film Bambi (redoublage du début des années 90) interprétée par les choeurs de Georges Costa

DLODS : Dans la VF de Tarzan, Phil Collins chantait en français. Avez-vous travaillé avec lui ?

Michel Costa : Non. Et Karine a enregistré dans le n°2, mais ils n’ont pas enregistré ensemble.

DLODS : Gardez-vous des archives avec les noms des choristes que vous employez pour chaque film ? Parce que par exemple, les choristes ne figurent pas au générique du Roi Lion, c’est dommage…

Georges Costa : Je ne garde pas d’archives. Même les partitions je les garde un an et puis après je m’en débarrasse parce que sinon ça fait énormément de cartons. Et je n’ai pas de trace des noms de chanteurs, parce que ça se décide au dernier moment et ça change souvent.

Michel Costa : Mais en général on s’en souvient quand même un peu.

Georges Costa : Pas forcément, quand il y a douze ou seize choristes ce n’est pas facile. Par exemple je ne me rappelle plus des choristes du Roi Lion. Il devait y avoir Jean Stout, Jean-Claude Briodin, nous deux, Olivier ça fait cinq, peut-être Jean-Claude Corbel, et puis dans les deux autres certainement Michel Barouille. Il y a toujours une indécision. Et parmi les huit filles il devait y avoir les quatre Fléchettes, et peut-être Grazziella Madrigal. Ce n’est pas évident de s’en souvenir, il y a des trucs qu’on a complètement oublié.

DLODS : Heureusement que vous pouvez compter sur nous pour faire des recherches! (rires)

Georges Costa : Voilà ! On a un très bon ami,  Jean-Philippe Denac qui était à RTL2 et qui est à RFM maintenant. Il est fan de jingles, et connaît mieux nos jingles que nous ! Il me sort des trucs, je ne me rappelle même plus qu’on les avait faits. C’est bien qu’il y ait des passionnés comme vous…



BONUS VIDÉO

video
Les Costa et les Fléchettes accompagnent Dorothée et Ray Charles


Suivez toute l'actualité de "Dans l'ombre des studios" en cliquant sur "j'aime" sur la page Facebook.

Georges et Michel Costa : Musique Magique (Partie 3/4)


Pour lire la précédente partie de l'interview (partie 2/4), veuillez cliquer ici


Dans l’ombre des studios : Quels sont les premiers doublages de chansons que vous avez dirigés ?

Georges Costa : Il s’agissait de redoublages, et ils avaient perdu les partitions originales, donc il fallait tout relever. Il y avait notamment Mélodie Cocktail avec Petit Toot et des cartoons avec des chœurs très old school, genre Andrew Sisters ou Hi Lows, très pointus. J’ai passé des journées à relever les notes, et ce n’était pas évident. Peter Pan aussi.

DLODS : Vous avez en effet beaucoup effectué de redoublages de vieux Disney dans les années 90. Quand on compare les différents doublages d’un même film, on peut parfois remarquer des différences dans l’écriture des chœurs entre les différentes époques ou langues: pupitres ajoutés ou enlevés, etc. Quel est votre degré de liberté ?

Michel Costa : Théoriquement on n’a pas de libertés.

Georges Costa : Mais pour Peter Pan, comme je n’avais pas de partitions, j’ai tout relevé. Donc ça veut dire que les autres pays aussi n’avaient pas de partitions, alors du coup ils relèvent ce qu’ils entendent.

Michel Costa : Et si c’est quelqu’un qui n’entend pas grand-chose (rires)

Georges Costa : J’ai entendu des versions de Peter Pan à l’unisson alors que ce n’est pas du tout à l’unisson. C’est harmonisé, mais il y en a qui ne s’embêtent pas, et qui simplifient.

Michel Costa : Pour les films récents, en principe tout le monde a les mêmes partitions. Pour les redoublages de films anciens, ça dépend plutôt du doubleur et des moyens qu’il a.

Georges Costa : Par exemple, pour La Belle et le Clochard, on a refait le doublage et on avait les partitions, donc on les a respectées fidèlement.

Michel Costa : Et puis il y a autre chose : vous vous rendez compte quand vous refaites un doublage que le doublage qui avait été fait à l’époque et qui avait marqué des générations n’était pas fidèle à l’original. Or comme on redouble à chaque fois par rapport à l’original, de temps en temps ça donne quelque chose de différent, mais en fait on est plus proche de la VO.

DLODS : Ecoutez-vous le ou les précédents doublages d’un film que vous allez redoubler ?

Georges Costa : Non, parce qu’on ne les a pas, et puis si on nous demande de refaire le doublage c’est qu’il y a une bonne raison. Donc on écoute la V.O, qu’on a toujours.

DLODS : Il semble me souvenir, Georges, que vous avez beaucoup aimé travailler sur le redoublage de Coquin de Printemps

Georges Costa : Je trouve que les chansons étaient très jolies. Un peu old school mais avec beaucoup de charme. C’était au début de notre collaboration avec Fred Taïeb. On s’était régalé à chanter ces chansons et Marie Ruggeri (narratrice et chanteuse de la séquence Bongo, roi du cirque, NDLR) était super.

Michel Costa : Quand on a refait tous les vieux cartoons c’était le plus drôle à faire, franchement…

Georges Costa : C’est ce qu’il y a de plus compliqué d’ailleurs. Maintenant les gens croient que tout est simple parce qu’il n’y a justement plus ces trucs difficiles à doubler.

Michel Costa : Il n’y a pas beaucoup de gens qui pouvaient le faire !

video
"Ce n'est qu'un rêve un peu fou" du redoublage du film Coquin de Printemps, interprétée par Marie Ruggeri et les choeurs de Georges Costa

DLODS : Redoubler les chansons de films d’animation des années 40 ou 50 est un vrai challenge. Il faut faire quelque chose de neuf, avec des voix « modernes », tout en essayant qu’il n’y ait pas de décalage entre le style de l’image et celui des voix…

Georges Costa : Oui, d’ailleurs ils trafiquaient un peu le son, ils le passaient dans des equalizers pour faire un peu vieux,  avec plus ou moins de réussite parce que on n’arrive pas à trouver les micros et le matériel d’enregistrement de l’époque. Mais ils s’évertuaient à faire ça.

DLODS : Alors que les redoublages ont tendance à prendre une distribution complètement différente des doublages précédents, j’ai apprécié que pour votre doublage de La Belle et le Clochard en 1997 vous repreniez dans le rôle de Peg Marie Ruggeri, qui l’avait fait en 1989.

Georges Costa : Si je l’ai prise c’est que c’était bien, en plus elle l’avait déjà fait et sa voix n’avait pas trop vieilli. Parce que c’est aussi ça le problème : entre un film qui a été doublé en 60 et un autre en 80 il se passe vingt ans et les voix changent.

Michel Costa : Il n’y a pas de volonté de changer à tout prix, c’est juste que on va écouter la VO et se demander ce qu’on ferait pour en être la plus proche. Et on peut de temps en temps tomber sur la même personne.

DLODS : En dehors de ces redoublages que vous avez commencé dès vos débuts, quels sont les premiers « nouveaux » long-métrage que vous avez doublés ?

Georges Costa : Le premier gros nouveau film qu’on a fait c’était Aladdin, et comme Aladdin s’est bien passé on a continué. On a commencé à Télétota, boulevard Berthier, où Fred travaillait, puis à Dubbing Brothers à Epinay Saint Denis. Puis ils ont construit les grands studios Dubbing Brothers à La Plaine Saint-Denis. D’ailleurs on a essuyé les plâtres avec Le Roi Lion. Ils ont installé le 24 pistes dans la nuit dans l’auditorium n°1, la veille qu’on fasse les chœurs.

Michel Costa : Je m’en souviens, j’amenais ma machine à café (rires).

Georges Costa : Donc c’est eux qui ont installé ça dans la nuit, et j’étais assez miné car je me disais que si ça ne marchait pas le lendemain, il y avait quand même seize choristes convoqués (huit hommes, huit femmes). La veille j’ai appelé Fred et je lui ai demandé « Qu’est-ce qu’on fait ? On le fait au Palais des Congrès ou à Dubbing ? » et il m’a répondu « On le fait à Dubbing ! ».

DLODS : Dans Le Roi Lion, il y avait en plus des chansons adaptées dans la langue de chaque pays, de superbes chœurs dans des langues africaines qui étaient issus, j’imagine, de la Version Originale. Vous arrive-t-il de réenregistrer en France des chœurs étrangers (africains dans Le Roi Lion, latins dans Le Bossu de Notre-Dame) ou en onomatopées, ou est-ce qu’ils se trouvent sur la Version Internationale, avec les musiques, les bruitages, etc. ?

Georges Costa : C’est ce qu’on appelle les chœurs neutres. En principe ils nous les fournissent. Mais une fois ils n’avaient pas les droits dessus et on a été obligé de les refaire.

Michel Costa : Ou alors quand c’est trop enchaîné avec une chanson ou du texte en français on est obligé de les refaire.

video
"L'histoire de la vie" du Roi Lion (1994) interprétée par Debbie Davis, les choeurs africains de la Version Originale, et les choeurs français sous la direction de Georges Costa

DLODS : Vous est-il arrivé de refaire des instruments manquants sur une Version Internationale ?

Michel Costa : Oui, dans un film quelqu’un jouait de la guitare en chantant. Le son de sa voix et la guitare avaient été pris en live, et ne se trouvaient pas sur la Version Internationale.

Georges Costa : Du coup j’ai fait venir un guitariste. On avait même désaccordé la guitare pour qu’elle ne sonne pas trop juste, comme le guitariste du film en question était censé être un peu amateur. Mais ça arrive très rarement. Par contre, ce qui arrive souvent, c’est que vous avez des chœurs a capella qui ont été faits sur un playback à l’origine… sauf que quand vous recevez la bande il n’y a plus de playback. Et donc vous chantez dans le vide, ce qui n’est pas possible. Alors vous reconstituez une espèce de playback au piano pour pouvoir chanter, on le passe dans le casque, et on ne le retrouve pas dans la version finale.

DLODS : Michel, dans Le Roi Lion, vous êtes crédité à la direction musicale avec Georges. En dehors des chœurs, participez-vous de temps en temps au travail de direction musicale, avec votre frère ?

Michel Costa : Non. Pour Le Roi Lion, il y avait beaucoup de choses et c’était le début donc je lui ai donné un coup de main.

Georges Costa : Tu m’as aidé pour Hercule aussi.

Michel Costa : Oui, pour Hercule, car c’était un grand film, où il y avait beaucoup de monde.

Georges Costa : Et puis il y avait les cinq muses. Comme les chanteuses qui les doublaient ne lisaient pas la musique, j’avais demandé à Michel de s’occuper de leur apprendre leurs voix. 

Michel Costa : On est toujours les deux sur tout mais Georges est plus sur le doublage et moi sur les jingles. Je m’occupe de notre studio avec Nicolas (fils de Georges Costa, NDLR) pour la partie technique.

DLODS : A l’époque du Roi Lion, vous avez dirigé le doublage des chansons de L’Etrange Noël de Monsieur Jack. Olivier Constantin, l’un de vos chanteurs solistes et choristes habituels double superbement Jack pour les chansons… et les dialogues !
Tandis que les directeurs artistiques vous proposent des comédiens qui peuvent chanter leurs rôles, j’ai l’impression que l’inverse est assez rare : à part Olivier Constantin/Jack, Dominique Poulain/Cendrillon, Bénédicte Lécroart/Belle et Jean-Claude Corbel/Le Fou, peu de chanteurs ont assuré des rôles parlés…

Michel Costa : Vous avez raison de poser la question, c’est très rare qu’on dise « Voilà c’est un chanteur,  il pourrait faire aussi la partie comédie ». De temps en temps, il arrive qu’on nous dise « Au fait, il fait la comédie… mais il chante aussi ! », mais c’est rare que ça marche dans l’autre sens.

Georges Costa : Même Olivier qui a fait tout le rôle de Jack, on ne l’appelle jamais comme comédien, parce qu’il est étiqueté chanteur alors qu’il pourrait très bien faire de temps en temps de la comédie.

Michel Costa : Il avait fait les dialogues parce que le rôle chanté était tellement énorme et tellement imbriqué dans le film que c’était difficile de prendre deux voix différentes, alors on avait essayé de voir s’il pouvait faire les dialogues.

Daniel Beretta
Georges Costa : En même temps les comédiens qui doivent chanter, c’est pareil : ce n’est pas leur boulot. Quand ce n’est pas très compliqué ils peuvent le faire. Mais quand c’est vraiment des chansons, ils ne peuvent pas. Et c’est vrai que les comédiens-chanteurs qui peuvent aussi bien faire l’un que l’autre il n’y en a pas cent cinquante. Il y a Bernard Alane, Daniel Beretta, Gérard Rinaldi…

Michel Costa : Et puis il y a toujours cette barrière. Karine avait commencé à faire du doublage, comme Olivier. Fred avait à doubler un téléfilm qui s’appelait Polly, avec un personnage de petite black qui chantait et qui parlait très souvent. Il m’a proposé d’essayer Karine pour les deux, dialogues et chant. Elle l’a fait et elle s’en est très bien sortie, mais ça n’est pas allé plus loin. On l’appelait quand il y avait une chanson et non pas un dialogue.

Georges Costa : Il n’y a qu’une chanteuse qui a réussi à bien s’imposer en comédie c’est Claire Guyot. Mais peut-être qu’elle avait commencé la comédie avant…

DLODS : Toujours dans L’Etrange Noël de Monsieur Jack, Philippe Videcoq, l’adaptateur des dialogues et chansons, est aussi crédité comme voix parlée et chantée de personnages…

Georges Costa : Oui il a fait un personnage de temps en temps. Je me rappelle qu’il avait fait quelque chose à Epinay, en remplacement d’Eric Metayer (Iago dans Le Retour de Jafar, NDLR). C’est un très bon adaptateur de dialogues et de chansons. Je trouve qu’il écrit très bien, et c’est super synchro. C’est quelque chose qui s’est un peu perdu, je trouve.

DLODS : Vous avez aussi beaucoup travaillé avec l’adaptateur Luc Aulivier…

Georges Costa : Oui mais on ne sait pas ce qu’il est devenu. Un jour il a disparu. J’ai essayé de le joindre à un moment parce qu’il y avait une chanson à ajouter pour un DVD bonus de Pocahontas, et je n’ai pas réussi. Finalement c’est moi qui ai fait l’adaptation, et depuis je n’en ai plus entendu parler.
Par contre Philippe à l’époque travaillait moins pour les doublages de chansons, et là ils l’ont repris pour celles de La Princesse et la Grenouille, et on a donc retravaillé ensemble. Il ne fait pas de fautes de  synchronisme, de pieds, etc. On avait collaboré ensemble sur Aladdin.

video
 Chanson du film La Princesse et la Grenouille (2009) interprétée par Olivier Constantin


Pour lire la suite de l'interview (partie 4/4), veuillez cliquer ici


Suivez toute l'actualité de "Dans l'ombre des studios" en cliquant sur "j'aime" sur la page Facebook.